Le blog d'une passionnée de vin

Parfum et Vin avec Élisabeth de Feydeau

Un jour l’écrivain Marie Desplechin a Ă©crit « Élisabeth de Feydeau fait un drĂ´le de mĂ©tier: elle se l’est inventé ». Qui ne rĂŞve pas d’inventer son mĂ©tier? Aujourd’hui encore cette historienne devenue l’une des plus grandes expertes du parfum est incapable de mettre une Ă©tiquette sur ce qu’elle fait. Son discours, empreint de souvenirs et d’un vocabulaire qui met tous nos sens en Ă©moi, m’a tout de suite fait “tilt”. DelaVigne est allĂ© Ă  sa rencontre pour parler avec elle de parfum et du vin qu’elle apprĂ©cie tant. Deux mondes que tant de choses rassemblent !

Delavigne Elisabeth de Feydeau et Bérénice Galand
Parlez-nous de votre première rencontre avec le parfum?

EdF – Pour mon 16ème anniversaire, ma mère m’a emmenĂ©e dans une parfumerie choisir un parfum de “jeune fille”. La première chose qui a suscitĂ© ma curiositĂ©, c’est l’apparence visuelle des magnifiques flacons dorĂ©s Guerlain aux noms si poĂ©tiques. C’était comme si j’étais devant une bibliothèque. Puis j’ai senti les parfums, un par un, jusqu’à avoir un vrai coup de foudre pour “L’Heure Bleue”. Je ne l’ai jamais quittĂ©.

Comment avez-vous débuté votre carrière dans l’univers du parfum?

EdF – J’ai Ă©tudiĂ© la littĂ©rature et l’histoire Ă  la Sorbonne. Je voulais que le sujet de ma thèse soit proche de l’histoire de la musique (ndlr : Élisabeth joue du piano depuis l’âge de 5 ans) et j’ai finalement choisi le thème du parfum, car rien n’avait Ă©tĂ© fait dans ce domaine. Il y a un vocabulaire liĂ© aux sensations et aux Ă©motions très proche de la musique.

Avez-vous appris Ă  sentir?

EdF – Rapidement, j’ai Ă©tĂ© recrutĂ©e chez Chanel pour reconstituer les archives et le patrimoine de Chanel Parfums. Jacques Polges, le nez de Chanel m’a dit un jour « Vous ne pouvez pas Ă©crire sur le parfum si vous ne le sentez pas. Il faut apprendre Ă  sentir pour ressentir » m’a-il dit. J’ai donc commencĂ© mes gammes au laboratoire Chanel.

Comment entraîne-t-on sa mémoire olfactive ?

EdF – Il faut faire travailler sa mĂ©moire grâce Ă  la mĂ©thode associative Ă©galement appelĂ©e mĂ©thode Roure en parfumerie. Tout d’abord il faut associer les matières premières Ă  des familles naturelles (fruits, fleurs, vĂ©gĂ©taux, Ă©pices) ou synthĂ©tiques, puis Ă  des sensations physiques mais aussi Ă  des couleurs ou Ă  des Ă©vènements. Ensuite il faut apprendre Ă  croiser ces matières premières. Je pense que c’est la mĂŞme chose lorsque l’on goĂ»te un vin.

Avez vous un exemple concret?

EdF – Prenons l’exemple de l’aldĂ©hyde C12 : la première fois que j’ai senti cette matière première j’avais l’impression d’être Ă  la fois Ă  la montagne un jour de neige mais aussi dans un pressing. J’associe cette matière première au blanc, il y a un cĂ´tĂ© minĂ©ral, pur, mĂ©tallique, presque strident.

Delavigne Fleur, Elisabeth de Feydeau
Delavigne Elisabeth de Feydeau, décoration
Ă©lisabeth de feydeau nez
Comment s’extraire d’une approche trop analytique ?

EdF – L’approche analytique est “professionnelle ». Lorsque l’on sent un parfum, nous avons tous diffĂ©rentes grilles d’analyse et nous sommes plus ou moins rĂ©ceptifs Ă  certaines odeurs. Je pense qu’il faut faire confiance Ă  son ressenti et Ă  ses Ă©motions, rester au niveau de l’immĂ©diatetĂ©, de l’évidence. (ndlr: voir aussi nos conseils pour dĂ©buter dans la dĂ©gustation dans l’article Introduction au vin).

Quel est l’impact du temps qui passe sur le parfum ?

EdF – Lorsqu’il est vaporisĂ© les notes de tĂŞte s’estompent au bout de quelques minutes puis celles de coeur de quelques heures, ce sont donc les notes de fond qui restent, complexifiĂ©es par les prĂ©cĂ©dentes. Lorsque l’on sert un vin il y a aussi cette notion de premier nez, deuxième nez. C’est en fait le contact de l’air qui fait aussi bien Ă©voluer le parfum que le vin.

Comment conserve t-on un parfum?

EDF – Contrairement au vin qui se complexifie au fil des ans en cave, le parfum ne s’amĂ©liorera pas en vieillissant.  Cela dit pour rester « stable » il doit ĂŞtre conservĂ© Ă  l’abri de la lumière (ndlr : comme le vin) Ă  tempĂ©rature ambiante, plutĂ´t fraĂ®che.

Delavigne Orchidées
Delavigne Elisabeth de Feydeau, cave, vins, sélection
Quel vin préférez vous?

EdF – Je prĂ©fère de loin le vin rouge. Je suis naturellement attirĂ©e par les vins de Saint-Emilion, mon cousin y ayant repris un domaine familial, le Château Gueyrot, situĂ© entre Pavie et La Gaffelière (ndlr : ces deux grands crus classĂ©s de Saint Emilion sur le cĂ´teau du plateau, sont parmi les plus prestigieux de l’appellation). J’aime les notes toastĂ©es, poivrĂ©es, cerises griottes et Ă©picĂ©es que procure le Merlot Ă©levĂ© en barrique.

Avez-vous un souvenir marquant lié au vin ?

EdF – En rentrant de vacances en Espagne, je me suis arrĂŞtĂ©e Ă  Saint-Gaudens, dans une petite auberge, tenue par un Ă©picurien. Sa fille vigneronne nous a fait dĂ©guster son vin produit dans les Corbières, du domaine Prat Majou, issu de très vieilles vignes. J’ai eu un coup de foudre pour ce vin car j’avais l’impression d’avoir affaire Ă  un parfum, avec des arĂ´mes de fruits rouges, de fruits confits, de cerise noire, de pruneaux et d’épices.

Rencontrer la vigneronne a également changé votre expérience?

EdF – En effet, comme disait Jean Giono : « le parfum :  c’est l’odeur et l’homme » que nous pourrions dĂ©cliner pour le vin : « le vin : c’est la boisson et l’homme ».

Vous préférez les vins puissants?

EdF – J’aime les vins puissants mais pas trop alcooleux. Et j’aime les parfums intenses mais pas trop capiteux.  Le vin du domaine Prat Majou mĂŞle Ă  fois douceur et puissance.  Je pense que ce goĂ»t est liĂ© Ă  mon enfance passĂ©e en grande partie auprès de ma grand mère, qui avait Ă©tĂ© Ă©levĂ©e en Tunisie. Elle cuisinait beaucoup, avec des saveurs Ă©picĂ©es et mĂ©diterranĂ©ennes.

Un accord mets & vins que vous recommandez?

EdF – Bien sĂ»r un tajine avec un vin du Sud comme un Minervois ou un Corbières, c’est formidable. J’aime aussi les chèvres secs avec les vins rouges bien Ă©picĂ©s, je sais que c’est un peu surprenant mais c’est comme ca!

Delavigne Portrait : Elisabeth de Feydeau
Delavigne 2010 : Dame de la Jurade Ă  Saint-Emilion
Delavigne Prat Majou Bio Coteux de Peyriac
Delavigne Château Gueyrot, Prat Majou, Château Majou Gay

Textes : BĂ©rĂ©nice Galand – Photos : Virgile Gesbert @_delavigne_

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.

LA NEWSLETTER DELAVIGNE

Recevez le meilleur du vin dans votre boîte mail

#delavigne #welovewine  

Send this to a friend