Le blog d'une passionnée de vin

Introduction au vin

En préambule : n’ayez pas peur du vin !

Delavigne Introduction au vin - Wine Tasting - Dégustation - Entrainement

Pour apprécier le vin il faut commencer par s’écouter et faire confiance à son ressenti et à ses sens. Il est possible de le boire sans y prêter attention. Mais il est aussi possible de l’écouter et de se poser, ne serait que quelques secondes pour un peu mieux le comprendre et l’aimer (ou ne pas l’aimer). Le vin est une boisson qui peut réellement procurer de grandes émotions car il stimule tous nos sens (visuels, olfactifs, gustatifs et même auditifs – les bulles du champagne émettent un son). Notre cerveau va naturellement associer ces sensations à des souvenirs, des musiques, des lieux, des odeurs et par le truchement de mécanismes psychiques qui appartiennent à chacun de nous, le vin fait voyager nos pensées bien au-delà de ce que nous pouvons imaginer.

 À retenir : N’importe quelle personne un tant soit peu à l’écoute de ses sens est capable d’avoir un avis sur un vin, de l’aimer ou ne pas l’aimer. Le vin peut apporter du plaisir et de belles émotions. En plus, un repas sans vin, c’est comme un jour sans soleil : le vin est un exhausteur de goûts et un remarquable compagnons des mets.

Introduction au vin N'ayez plus peur Préambule  - Noble Rot
La curiosité : la meilleure alliée de l’amateur de vin

Combien sont mes proches qui me disent être incapables de discerner un bon vin d’un mauvais vin ? Réponse : beaucoup trop !

En réalité, comme un pianiste qui fait ses gammes, ou comme un galeriste qui étoffe sa culture artistique, un dégustateur doit goûter sans relâche pour affûter son palais, mémoriser les parfums, les textures et les spécificités de tel ou tel vin, terroir ou millésime. Comme dans tous les domaines, l’expérience est la clef et créé un cercle vertueux irremplaçable. De plus, chaque palais est unique, possède son patrimoine génétique et son vécu ce qui explique les différences de perceptions et la capacité à discriminer plus ou moins rapidement un bon vin d’un mauvais vin d’abord, puis un bon vin d’un très bon vin et enfin un très bon vin d’un excellent vin. Certaines odeurs nous marquent à vie et sont « des madeleines de Proust » : le chèvrefeuille du jardin de votre grande tante ou la confiture de mirabelle de votre maman…Mais tout au long de sa vie, il faut être curieux pour raffiner son odorat : parfums, épices, étals des marchés, herbes, fleurs, cuisine raffinée sont autant de pistes à explorer. Gustativement et olfactivement, on ne reconnaît que ce qu’on connaît !

C’est donc naturellement que vous pourrez associer un vin à des odeurs connues et après quelques années d’entraînements que vous pourrez reconnaître un vin que vous avez déjà goûté.

À retenir : Plus vous dégusterez de vins plus vous serez en confiance.

Le goût du vin

Le vin artisanal se compose de 80 % à 90% d’eau plus ou moins minéralisée (comme toutes les eaux en bouteilles) et de 10 à 20% d’alcool et « extraits secs ».

En général, c’est parce le vin contient des minéraux qui sont les marqueurs de son terroir que l’on parle de « minéralité ». Malheureusement on ne peut pas lire sur une étiquette quels minéraux sont présents dans les vins. En réalité, la majorité des vins en sont probablement très pauvres car les interventions chimiques sur les sols et/ou techniques lors des vinifications modifient ces propriétés naturelles du vin et les appauvrissent considérablement.

Par l’intermédiaire des papilles gustatives, notre langue nous fait percevoir quatre goûts : le sucré, l’amer, le salé et l’acide. C’est la combinaison des sensations gustatives et olfactives qui permet de juger :

  • La qualité aromatique (son bouquet)
  • Le degré de puissance
  • Le degré de finesse
  • L’équilibre globale du vin

À retenir : nos sensations olfactives (arômes au nez et en bouche) comptent pour beaucoup dans notre perception d’un vin à tout est une question d’équilibre entre l’intensité et la finesse des arômes, les 4 goûts que notre langue reconnaît, le toucher et la sensation de puissance (l’alcool). Il y a des critères objectifs et justes pour juger de la qualité d’un vin mais tous les goûts sont dans la nature : certaines personnes préfèrent les vins légers et d’autres les vins puissants, d’autres ne jurent que par Bordeaux ou la Bourgogne.

Pour commencer partons à l’explorations des grands types de vins blancs.

Delavigne Introduction au vin - N'ayez plus peur - Préambule - Tout est une question d'équilibre  

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.

LA NEWSLETTER DELAVIGNE

Recevez le meilleur du vin dans votre boîte mail

#delavigne #welovewine  

Send this to a friend