Le blog d'une passionnée de vin

Bien acheter vos Bordeaux Primeurs 2017

La campagne des Primeurs 2017 a commencé il y a un peu plus d’un mois. Seulement quelques châteaux ont sorti leurs prix, étant ainsi plutôt en ligne avec le marché (voir aussi notre décryptage sur les Primeurs 2017), mais la plupart des propriétaires attendent la fin de Vinexpo Hong Kong dans deux jours pour fixer leur prix de sortie. Nous avons décidé de vous donner quelques idées d’achat pour cette année. Nous vous les livrons sans avoir tous les prix de sortie. En général, les prix sont fixés selon ce que veut le marché et bien entendu, les premiers grands crus classés et « supers seconds » sont aujourd’hui inabordables pour la majorité des acheteurs en Primeurs. Cela dit, il reste de belles opportunités sur des crus moins connus et sur les seconds vins… Bonne lecture !

Saint-Estèphe

Épargnés, par le gel, les propriétaires s’accordent à dire que les vins ont des tannins très soyeux et seront à boire rapidement après leur mise en marché tout en ayant un réel potentiel de garde. Saint-Estèphe est une appellation dynamique avec le vent en poupe.

– Grands crus classés : Montrose est le gentleman, d’une simplicité (i.e. accessibilité) apparemment déroutante et très élégant – Cos d’Estournel est le seul dont l’assemblage fait la part belle au Merlot avec plus d’un tiers dans l’assemblage final (grâce à leur vieilles vignes) – Calon Ségur confirme sa belle embellie avec des vins délicieux et un lift donné par les jeunes vignes de Cabernet Sauvignon,Cos Labory, Lafon-Rochet (notre chouchou-pépite avec une salinité typique).

– Mention spéciale pour quelques seconds vins : Marquis de Calon, Pagodes de Cos, Dame de Montrose,

– Sur les vins hors classement 1855 i.e. Crus bourgeois ou équivalents :Phélan-Ségur, Les Ormes de Pez.

Delavigne Château Lafon Rochet Bordeaux Primeurs 2017 achats
Pauillac

Les propriétaires à Pauillac semblent se réjouir de la fin de la série noire des mauvaises années en 7. Cela dit, à Pauillac les vignes ont vraiment souffert du manque d’eau, en particulier les Merlots. Résultat : le cabernet sauvignon se taille la part belle dans les assemblages. ‘Mecque’ des grands crus classés, Pauillac a un niveau assez homogène en termes de qualité mais ne recèle pas de petites propriétés « pépites » si ce ne sont Fonbadet et Pedesclaux. À noter que le château Latour, sorti du système des Primeurs en 2013, met cette année en marché Latour 2006 et Forts de Latour 2011. Prendre en compte également que le château Lynch Bages est sorti à 75 euros avec une décote de -23% par rapport à l’an dernier ce qui semble aligné sur les attentes du marché.

– Grands crus classés : Mouton-Rothschild et Petit Mouton possèdent une part hors norme de Cabernet Sauvignon dans leur assemblage. Autres vins à regarder de près : Grand Puy Lacoste (trop sous-estimé), Pontet Canet (le seul en biodynamie dans l’appellation), Lynch Bages. D’Armailhac, Pichon Comtesse (très bon) et Haut Batailley (récemment acquis par la famille Cazes) sont trois vins dont les qualités semblent de plus en plus reconnues et qui font le « buzz ».

– Mention spéciale pour quelques seconds vins : Carruades de Lafite (vin spéculatif par excellence), Petit Mouton, Lacoste Borie, Écho de Lynch Bages

– Vins hors classement 1855 i.e. crus bourgeois ou équivalents : Fonbadet, Pedesclaux, Haut Bages Libéral (ce dernier sera sûrement un bon rapport qualité-prix).

Saint-Julien

À Saint Julien, les propriétaires restent plutôt discrets et semblent satisfaits du millésime. Beychevelle est sorti l’un des premiers avec un prix en ligne avec les attentes du marché pour ce vin (ce château est très constant d’années en années au niveau des prix de sortie, ce qui est rare dans le Médoc, à relever donc).

– Grands crus classés 1855 : Les trois Léoville (Las Cases, Poyferré et Barton) bénéficiant d’une situation privilégiée près du fleuve semblent être plus cohérents tout comme le château Ducru Beaucaillou. Gruaud-Larose est également à surveiller de près selon nous toujours « off the radar ». Dans les autres propriétés, attention à la part de Merlot, vendangé un poil tôt et apportant une certaine rusticité aux vins.

– Vins hors classement 1855 : Moulin Riche, Gloria, Lalande Borie (sûrement l’un des seuls vins du Médoc avec une majorité Merlot)

 

Margaux, Moulis & Listrac

Plus durement touchée par la grêle, car moins proche du fleuve, l’appellation Margaux, très en vogue, va révéler (ou non) si les efforts des dernières années (passage en bio dans de nombreuses propriétés) ont été payants. Certains ont quasiment tout perdu – c’est notamment le cas à Bel Air Marquis d’Aligre (qui de toute façon ne commercialise pas ses vins en Primeurs comme nous l’expliquons ici), d’autres ont plutôt bien tiré leur épingle du jeu. Palmer a montré l’exemple en sortant tôt avec des prix plus doux que l’an passé.

– Grands Crus classés 1855 : Château Palmer, Château Brane-Cantenac (que nous suivons de près), Château Rauzan Ségla, Château Ferrière (un des rares domaines entièrement bio) et Durfort Vivens (en biodynamie, dont les vins étaient déjà bluffants l’an dernier), Château du Tertre (le seul utilisant les 4 cépages) et Château d’Issan (sur une croupe graveleuse spéciale qui donne une réelle identité aux vins).

– Mention spéciale pour Alter Ego de Palmer.

– Vins hors classement 1855 – Cru Bourgeois ou équivalents : Château Maucaillou, classique mais bien fait (Moulis)

Delavigne Château Rauzan Ségla Bordeaux Primeurs 2017 achats
Médoc & Haut-Médoc

Comme toujours, c’est un peu plus la « loterie » étant donné la taille de ces deux appellations et le nombre de propriétés. La date des vendanges semblent avoir privilégié la « sûreté » de ne pas perdre la récolte à la « maturité » des raisins.
Quelques « valeurs sûres »  qui devraient tirer leur épingle du jeu : Potensac, Cantemerle, Caronne Sainte Gemme.

 

Pessac Léognan et Graves (rouges)

Ayant également un enclavement dans les terres plus prononcé, les appellations Graves et Pessac ont été durement touchées par le gel (baisse des rendement de 30% pour les rouges et 45% pour les blancs). Comme les propriétés élaborent les deux couleurs, les vendanges ont été parmi les plus longues de l’histoire débutant fin août avec les raisins blancs et se terminant parfois mi-octobre par les cabernets. Il y a toujours plus de « bonnes affaires » dans les graves dont les prix restent plus accessibles. Les rendements ayant été très amputés, les amateurs de ces appellations ne devront pas tarder à faire leur choix après les sorties.

Cru Classés et Assimilés : Mission Haut Brion, Haut-Bailly, Malartic Lagravière, Smith Haut Laffite, Carbonnieux, Domaine de Chevalier

Seconds vins : Chapelle de la Mission Haut-Brion, Parde de Haut Bailly

Autres châteaux (dans les graves) : Larrivet Haut Brion, Lafont Menaut, Le Pape

Saint-Émilion

Saint Emilion a été aussi frappé par le gel, sauf sur le plateau où l’altitude a permis une circulation d’air en défaveur du gel. C’est une année ‘tournant’ pour l’appellation qui, malgré ses trois belles locomotives (Cheval Blanc et Figeac côté Pomerol et Angélus sur le contrefort du plateau), a vraiment souffert de vins sur-extraits et trop maquillés durant de nombreuses années. En 2017, on retrouve une forme de richesse  (merlot) alliée à la fraîcheur (cabernet franc) dans un cadre tannique souple (vinification et élevages plus « soft ») .

– Grands crus classés ou équivalents : Figeac, Angélus, Tertre Roteboeuf, Château Canon, (passé en quelques années _ années difficiles de surcroît _ d’un cru classé « lambda » à une des valeurs refuges voire spéculatives de l’appellation, bénéficiant de l’effet « chanel » de ses propriétaires), Château Troplong-Mondot situé sur des terroirs admirables donnant des vins vraiment spéciaux signe un vin qui marque une nouvelle ère (moins de bois neuf, vendanges plus précoce) Canon La Gaffelière, Bel Air Monange.

– Seconds vins : Chapelle d’Ausone, Relais de Dominique, Mondot de Troplong Mondot

– Autres vins : Quinault l’Enclos, Moulin Saint Georges

Delavigne Château Angélus Bordeaux Primeurs 2017 achats
Pomerol & satellites

Comme à Saint Émilion, le gel a frappé Pomerol, mais moins durement. Ce sont surtout les cabernets francs qui ont été touchés, comme à L’Évangile qui a fait un grand vin 100% Merlot. Le quatuor du plateau, Pétrus, Lafleur, Le Pin et Vieux Château Certan tirent l’ensemble de l’appellation vers le haut.

Vins de Pomerol : Église Clinet, Gazin, Château de Sales, Rouget.

Vins des satellites : La Chenade, Les Cruzelles

Vins des côtes (castillon, franc, blaye, bourg)

Les rendements ont été dévastés par la grêle. Nos recommandations dans ce millésimes : Montlandrie, Roc de Cambes, domaine de l’Aurage, Château Puygueraud, Clos Puy Arnaud.

Vins blancs Secs

La vendange des blancs fut l’une des plus précoces de l’histoire récente (démarrées la troisième semaine d’août !). Le sauvignon blanc a été particulièrement touché par le gel car c’est un cépage précoce, ce qui explique la proportion plus important de sémillon dans les assemblages. L’été plutôt frais a permis aux raisins de maintenir leurs bons niveaux d’acidité. 2017 est une excellente année pour les vins blancs secs à Bordeaux qui mériteraient plus d’attention étant donné leur niveau de prix et leur potentiel gastronomique. À regarder de près !

Rive Gauche (Pessac-Léognan, Graves…)

Cru Classés et Assimilés : Mission Haut Brion, Haut-Bailly, Chevalier, Malartic Lagravière, Smith Haut Lafitte, Carbonnieux, Bouscaut. Malartic Lagravière

Seconds vins : Chapelle de la Mission Haut-Brion, Parde de Haut Bailly

Autres châteaux : Château, Château Couhins, Château Ferran

Rive Droite

Magnifiques réussites ailleurs : Champs Libres blancs (clones de sauvignon blanc sélectionnés à Sancerre) , Grand Village Blanc, Monbousquet (majoritairement sémillon)

Vins blancs moelleux

Les conditions pour que le botrytis puisse se développer sont en temps normal nombreuses. Cette année, le gel a cruellement affaibli les vignes donc les rendements potentiels. Les propriétés situées à Barsac n’ont pas eu les conditions nécessaires pour faire du vin. Climens, par exemple, n’a pas du tout fait de vin.
En revanche Yquem, le leader incontesté et l’exception commerciale de l’appellation, a connu une magnifique récolte.

Les vins qui nous semblent intéressants : La Tour Blanche, Guiraud, Suduiraut, Château de Cérons.

Textes : Bérénice Galand – Photos : Angéline Melin – @chateaurauzansegla @chateau_lafonrochet @chateauangelus

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.

LA NEWSLETTER DELAVIGNE

Recevez le meilleur du vin dans votre boîte mail

#delavigne #welovewine  

Send this to a friend